Topsites
Égaré dans ce vaste monde ?

Ici vous trouverez l'ensemble des sujets les lieux, l'histoire et tout ce qui peut être utile au jeu.


 

Partagez | 
 

 [Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe Sylvain

Ellerina
Feat : Sarah Gadon


Messages : 239

Date d'inscription : 07/11/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: [Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os   Dim 22 Nov - 16:30

Comment ne pas tomber sur un os

Legolas ✣ Ellerina



Tendant la main vers son étagère, Ellerina finit de récupérer les dernières plantes dont elle avait besoin, puis les glissa dans son sac avant de l'enfiler sur son épaule et de balayer une dernière fois la pièce du regard, tout en lissant le pan de la robe de tissu bleu assez sobre qu'elle avait enfilée pour l'occasion. Sa maison était plutôt modeste, peu spacieuse, mais juste assez pour qu'elle ait la place d'y travailler dans le calme et elle s'y était toujours sentie chez elle depuis qu'elle s'y était installé. Elle était d'ailleurs la seule à y avoir mis les pieds jusqu'à présent. Cette maison était idéale pour elle mais ce n'était certainement pas un endroit adapté pour un cours ou pour recevoir des invités. C'est pour cela qu'elle devait se rendre à Aradhrynd ce matin. Le palais était à quelques pas de chez elle et elle y passait en vérité une bonne partie de son temps, mais il y avait trop de monde sous ses branchages pour qu'elle y dorme sereinement. Fermant doucement la porte derrière elle, elle prit la route d'un pas calme, laissant son esprit vagabonder au gré des bruissements du vent chatouillant gentiment ses longues boucles dorées, puis commença à siffler doucement pour accompagner les quelques oiseaux qui s'extirpaient de leur torpeur nocturne. Une petite reinette vint se joindre à la mélodie, lui décrochant un sourire amusé.

Après quelques minutes elle finit par arriver sur le grand pont séparant le palais du reste de la forêt, guidée par le grondement de la grande cascade s'écoulant sur le flan rocheux non loin et rendit leur salut poliment aux deux gardes lorsqu'elle franchit les grandes portes de bois bleuté. Regardant le jeu des lumières de l'aube sur le bois taillé du chemin, elle se souvint avec une pointe de nostalgie de la première fois où elle avait mis les pieds dans la demeure du roi, il y a des siècles de cela, et de la difficulté qu'elle avait eu à s'y retrouver dans les premiers temps. Contrairement à l'élève qu'elle devait y retrouver qui lui, avait toujours semblé parfaitement à l'aise avec tous les recoins cachés du palais. Après tout, il avait eu beaucoup de temps pour l'explorer de fond en comble et en apprendre toutes les cachettes. Si bien qu'il avait réussi à la semer plus d'une fois. Ce temps semblait loin à présent, mais même après toutes ces années, tout lui semblait toujours aussi magnifique et grandiose en ces lieux. Peut-être trop pour elle. Replaçant négligemment une mèche de cheveux elle finit par descendre le dernier escalier et arriver dans l'une de ses pièces favorites. Elle était facilement accessible mais relativement isolée, de façon à ce qu'elle puisse y travailler tranquillement. Faisant glisser son sac de son épaule, elle le déposa sur la table au centre de la pièce avant d'en sortir les différents ingrédients et de les placer dans les fioles sur les étagères, juste au dessus du plan de travail lui servant à préparer ses infusions. Une fois son matériel prêt, elle alla se poser sur un rebord de pierre tout proche des lits installés contre la paroie afin d'accueillir les blessés éventuels et ferma les yeux, profitant de la caresse du soleil sur sa peau. Après quelques instants passés à attendre, elle décida de se diriger vers la sortie. Ellerina était d'une nature patiente, mais cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas eu la chance de partager un moment avec le prince, toujours très occupé à diverses tâches et elle devait reconnaître qu'elle était pressée de le voir.

Elle le croisait assez souvent, mais aujourd'hui était une bonne occasion de prendre le temps de discuter calmement. Pas d'araignées à chasser dans la forêt, pas d'entrainement, pas de rencontre diplomatique, ni de chasse. Et elle était persuadée que cela lui ferait du bien. Apprendre à tuer était utile bien-sûr, mais apprendre à sauver une vie l'était tout autant et elle avait été ravie lorsque Legolas lui avait fait part de son désir de se former à cet art. Il avait beaucoup mûrit depuis les événements de la bataille des cinq armées, mais il n'avait pas vraiment pris le temps de converser avec elle, trop heureux de l'ouverture dont son père faisait preuve ces derniers temps. Elle avait été profondément heureuse de les voir se rapprocher, bien évidemment, mais la solitude avait été pesante sur ses épaules depuis son rétablissement, même si elle lui avait permis de se remettre longuement en question. Aussi était-ce avec une allégresse non dissimulée qu'elle se dirigeait vers les quartiers de son protégé. Une fois arrivée, elle s'assit non loin de la porte, hésita un instant, puis sortit sa flûte de son sac, caressant son bois avec une grande délicatesse. Il n'y aurait pas grand monde pour l'entendre ici et la musique était la meilleure manière à sa portée d'exprimer sa joie et son affection en cette joyeuse matinée. Elle entama donc une mélodie aérienne et apaisante, en attendant que le sommeil relâche son étreinte sur les murs du palais.  





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Legolas
Feat : Orlando Bloom


Messages : 421

Date d'inscription : 03/01/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os   Sam 12 Déc - 11:17

Comment ne pas tomber sur un os

Legolas ✣ Ellerina


Les couloirs brillaient de cette lueur dorée caractéristique filtrant à travers les branches quand je les traversais ce matin-là. J'en connaissais chaque pas, jusqu'au moindre éclat de lumière selon la saison, mais aujourd'hui encore je me dis que je me lasserais jamais de ce spectacle si beau et si paisible du lieu où j'avais pourtant passé ma vie. Aradhrynd traversait les époques dans une sérénité, une force et une beauté qu'aucune corruption de Mirkwood n'avait pu entacher, la cité restait aussi pure et forte que dans mon enfance. Beaucoup d'elfes ne connaissaient d'Aradhrynd que son centre : le trône que joignait de multiples allées faites principalement de branche, semblant avoir été conçue au gré des fantaisies des arbres, entourée de trouées dans le mur menant vers le reste du palais, mais le domaine se poursuivait loin sous terre et sous les branches, pouvant vite devenir un véritable labyrinthe pour le voyageur égaré. Combien de fois ne m'y étais-je pas perdu moi-même, autrefois, dans mes explorations et, avouons le, mes nombreuses tentatives parfois fructueuses d'échapper à toute autorité. Il m'arrivait encore parfois de déboucher dans un lieu où je n'avais pas été depuis si longtemps que je visualisais mal où je me trouvais.

Mais aujourd'hui, pas d'exploration ou d'errance, je savais précisément où je me dirigeais et pourquoi. L'idée s'était implantée dans mon esprit depuis longtemps, mais elle n'avait germé que quelques jours auparavant, quand, lors d'un de nos assaut sur un nid d'araignée, l'un des nôtres s'était trouvé blessé, nous étions fort loin du palais et il fallu remercier le sort que sa blessure n'était pas trop grave, mais cela m'avait fait réaliser que dans ce type de situation, je souffrais de sérieuses lacunes. Pourtant ma vie avait été accompagnée par les plus brillantes guérisseuses de Mirkwood, mais dans leur domaine de compétence, j'étais malheureusement ignorant. Je ne tenais pas à me reconvertir dans la guérison mais il me sembla alors évident que quelques bases pourraient faire la différence, je pouvais bien connaître l'art du combat, l'histoire, les stratégies et sagesses des peuples des temps anciens comme actuels, quand un de mes hommes ou un ami était blessé, pour l'heure, je ne pourrais rien faire pour lui.

Approchant de mes quartiers, j'entendis, ténue et lointaine, une douce musique qui glissais dans les couloirs comme une fraîche cascade, plus je m'approchais, plus ma certitude première se confirma et vint me dessiner un sourire sur les lèvres. Dès les premières notes, j'aurais reconnu la façon de jouer d'Ellerina entre mille. Il était rare qu'elle joue, bien qu'on m'avait dit qu'autrefois c'était bien plus fréquent. J'étais l'un des seuls qui avait encore ce privilège que de pouvoir l'écouter, et sa musique était aussi belle et apaisante qu'elle me ramenait également au sentiment de paix qu'avait habité mes jeunes années.

J'arrivais en vue de ma porte devant laquelle se tenait Ellerina, jouant et ne devant pas se douter que j'étais derrière elle. Je restais quelques instants à profiter encore de la douce mélopée, ne voulant pas briser ce moment. Même s'il me tardait de lui parler, le moment était bien trop précieux et j'aurais voulu qu'il se poursuive encore. Quand elle cessa de jouer, s’apercevant de ma présence, j'eus presque le regret de ne pas m'être caché. Je franchis la distance qui nous séparait, précautionneusement, comme si un mouvement brusque dissiperait l’atmosphère qui s'était crée et m'arrêta devant elle.

"Ellerina, je suis si heureux que tu sois venue." Dis-je en l’étreignant brièvement.

Je n'avais pas pour habitude d'exprimer ainsi des gestes d'affection, c'était même un fait rare de ma part, mais nous étions seuls et elle, c'était spécial. Plus qu'une amie, elle était celle qui avait toujours pris soin de moi, assurant une figure maternelle pour un enfant qui avait perdu ses parents trop tôt, sa mère tombée au combat et son père qui avait érigé des murs infranchissable autour de lui. Sans chercher à remplacer ma mère, elle comptait tellement pour moi. "Ellerina, j'aurais besoin de toi." lui avais-je dit encore quelques jours avant, une demande d'aide comme elle en avait eu une infinité auparavant, "Ellerina, je me suis fait mal". "Ellerina, pourquoi mon père ne m'aime pas ?" "Ellerina, parle-moi de ma mère ?" Tant de questionnement d'enfant auquel elle avait dû faire face, et envers lequel elle avait toujours su m'apaiser d'une manière ou d'une autre, me répondre ou m'amener sur la réponse. Je la regardais aujourd'hui avec cette même tendresse, même s'il y avait longtemps qu'elle n'avait plus à apaiser mes tourments enfantins.

"Ne restons pas ainsi dans le couloir, entre-donc." Suggérais-je en lui ouvrant la porte de mes quartiers.

Je devais rougir d'un certain désordre, la pièce principale était en grande partie envahie par les livres, des carnets, quelques armes, un arc que je façonnais quand je trouvais un moment, quelques instruments de musique et divers objets qui avaient éveillés ma curiosité. J'avais voulu faire un peu d'ordre dans la nuit mais avait été appelé en salle de garde peu avant l'aube. Je débarrassais la table centrale d'un lourd volume consacré à Beren, ainsi que mes notes personnelles, et libérais les chaises d'une plante étrange trouvée au fin fond de Mirkwood, que j'avais apporté pour l'étudier, et qui prenait ses aises en déployant des branches souples sur mon mobilier.

"Je t'en prie, installe-toi." Lui proposais-je en repoussant une feuille qui s'accrochait à moi alors que je reposais le pot. "Tu veux que je nous fasse apporter quelque chose ?"

Je vins m'installer à côté d'elle en ayant malgré moi un air un peu pris en faute dû au désordre, qui m'était pourtant coutumier.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Ellerina
Feat : Sarah Gadon


Messages : 239

Date d'inscription : 07/11/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os   Mar 15 Déc - 0:49

Comment ne pas tomber sur un os

Legolas ✣ Ellerina



Elle était tout à sa musique, lorsqu'elle s'abandonnait à cette intime danse entre ses doigts et la douceur du bois de son instrument, si bien qu'elle mit un petit moment avant de s'extirper de cet échange pour déceler la présence du Prince, à quelques pas de là, l'observant en silence. Elle s'arrêta et rangea avec le calme, la douceur et la légèreté qui caractérisait chacun de ses gestes, son précieux instrument dans son étui avant de le replacer dans son sac de cuir. Puis elle se releva doucement, un léger sourire flottant sur les lèvres et l'observa en silence tandis ce qu'il s'approchait. Il était un peu plus grand qu'elle à présent, c'était un homme, un guerrier aguerrit, un prince noble, fier, sans doute un peu trop tempétueux, un trait de caractère qu'il avait sans l'ombre d'un doute hérité de son père. Mais malgré cette apparence, elle était toujours capable de déceler cette étincelle si propre aux enfants dans son regard lorsqu'ils étaient seuls. Cela fit courir une douce chaleur en elle, une chaleur familière et apaisante qu'elle n'avait pas ressentie depuis un long moment. C'était si agréable de constater qu'il existait encore un endroit où les choses étaient en ordre, solides, presque immuables. Un endroit auquel se raccrocher et où elle pouvait encore retrouver ce sentiment d'appartenir à quelque chose, plutôt que d'errer dans les méandres de sa solitude. Le sourire de Legolas et sa joie manifeste de la voir éclipsèrent pour un moment les ombres du dehors et l'elfe s'abandonna volontiers à cette accalmie bienvenue, retournant tendrement son étreinte au jeune prince.

"Le plaisir est pour moi Legolas...Cela faisait bien trop longtemps. J'espère que tes obligations, à l'avenir, te laisseront tout de même un peu de temps pour me rendre visite. "

Sa déclaration, ne tenant en rien du reproche, débordait au contraire d'affection. Elle était plus que consciente de ne pas être à l'ordre de ses priorité pour le moment et elle ne s'en offusquait pas outre mesure, bien au contraire. Cela faisait longtemps qu'il volait de ses propres ailes. Mais elle gardait un certain plaisir à le taquiner sur ce genre de détails. Il avait toujours eut ce don de faire remonter en elle ce côté joviale et malicieux qu'elle avait autrefois partagé avec tous. Il était à cet instant impossible de ne pas percevoir la joie silencieuse et profonde qui les animait tous deux et elle ressentit une certaine satisfaction en constatant que ni les années ni le silence ne semblaient avoir ternit cette complicité. Il s'avança un peu et lui ouvrit poliment la porte.

"Ne restons pas ainsi dans le couloir, entre-donc."

"En effet ce n'est pas raisonnable...Nous pourrions être attaqués par des courants d'air. Un ennemi autrement plus subtil et insaisissable que les Orcs."

Déclara t'elle en hochant la tête, d'un ton si sérieux que personne, ou presque, n'aurait osé en rire. Il y avait souvent un sens plus profond que l'on pouvait le croire dans ses déclarations, et plus d'une fois elle avait laissé Legolas méditer sur le sens de ses mots. Elle fit donc de même cette fois, puis elle s'avança calmement vers l'ouverture d'un pas léger, laissant transparaître dans son regard d'azur une étincelle d'amusement. Elle aimait parfois glisser une critique subtile sur la solennité de ceux de son peuple qui était parfois, force était de le reconnaître, plus une façon élégante de dissimuler la vacuité d'un propos qu'une véritable preuve de sagesse. D'un regard, Ellerina balaya la pièce, un peu curieuse malgré elle de découvrir ce que le refuge de son protégé était devenu. Une chambre en disait souvent long sur quelqu'un. Peut-être était-ce pour cela qu'elle n'avait pas laissé quelqu'un fouler le sol de la sienne depuis son départ de Celebannon. Ce n'était sans aucun doute pas la plus ordonnée des pièces du palais et elle glissa un regard en coin vaguement réprobateur dans la direction de Legolas. Mais le léger malaise qu'il laissait transparaître l'attendrit bien trop pour qu'elle persiste dans sa comédie. Même aujourd'hui, il semblait que son avis comptait encore à l'oreille de Legolas. Il aurait été cruelle d'en jouer. Mais outre cela, la pièce était on ne peut plus remplit, que ce soit de livres ou d'objets divers, tout laissait transparaître l'insatiable désir d'apprendre qu'elle lui connaissait. Elle se demandait même, modestement, si elle n'avait une petite part de responsabilité dans cette envie de tout découvrir qui l'habitait. La curiosité était semblait-il, quelque chose de contagieux. Cela réveilla en elle une certaine fierté. C'était une qualité essentiel vers le progrès et si elle avait eut un rôle dans son éveil, elle en était parfaitement ravie. Elle jeta elle-même un regard brillant vers la plante que Legolas venait de déplacer de l'une des chaises pour lui faire de la place.

"Je t'en prie, installe-toi."

Elle se pinça très discrètement la lèvre en le voyant retirer en peu précipitamment l'une des feuilles volantes qui s'était accrochée à sa tunique et s'assied lentement, puis penchant doucement la tête pour examiner la dite plante qu'il venait de reposer. Ellerina avait toujours eut un faible pour les plantes. De la plus banale à la plus rare.

"Et bien ma belle, tu m'as l'air d'être à ton aise ici. J'espère que notre ami prend mieux soin de toi que de ses livres."

Dit elle d'une voix basse aux accents chantants, tout en caressant l'une de ses feuille du bout des doigts, dans le sens de son duvet, assez épais mais visiblement inoffensif. Elle était parfaitement ravie. Cette pièce était vivante, chaleureuse et riche. Elle pouvait ressentir qu'elle y était la bienvenue. Et Ellerina était très sensible à l'atmosphère d'un lieu.

"Où as-tu donc trouvé cette petite merveille?"

Demanda t'elle en laissant retomber sa main tout en prenant place sur le siège libéré, plongeant ses grands yeux dans ceux du jeune elfe qui semblait un peu gêné par la remarque, pourtant dénuée de tout sarcasme. Replaçant délicatement un pan de sa robe de velours sur le côté elle posa délicatement son sac sur la table, un peu sur la droite pour pouvoir l'observer.

"Je suis heureuse de voir que tu prends encore le temps de t'intéresser à notre belle forêt...Nous sommes trop nombreux à en sous-estimer les richesses."


Déclara t'elle pensivement en tirant son carnet de son sac, le feuilletant rapidement pour y retrouver un ancien croquis, le comparant pensivement à la plante en face d'elle, avant de le refermer, un sourire aux lèvres et de le ranger, tandis ce que le prince prenait place à côté d'elle.

"Tu veux que je nous fasse apporter quelque chose ?"

Elle y réfléchit un court instant. Elle n'avait pas vraiment, faim, de toute manière elle ne faisait que picorer en général, dire qu'elle avait un appétit d'oiseau aurait été particulièrement pertinent dans son cas. En revanche, elle buvait beaucoup, mais n'appréciait pas vraiment de se faire servir. C'était sans doute un peu stupide, mais elle n'avait jamais réussit à s'y faire et préférait de loin de procurer se dont elle avait besoin par elle même lorsque c'était possible, d'autant plus qu'elle était assez difficile et n'aimait pas mettre ceux qui lui rendaient service dans l'embarra. Elle était bien trop courtoise et réservée pour cela, aussi déclara-t-elle poliment.

"Je peux faire du thé si tu as de quoi? J'en ai trouvé un absolument délicieux. Tu m'en diras des nouvelles."

Puis, après avoir pris le temps de se poser, elle décida de lancer le sujet de leur rencontre. Elle avait toujours aimé aller au cœur des questions directement, sans pour autant brusquer les choses. Il fallait simplement trouver l’équilibre entre les politesses trop longues et embarrassantes et une approche trop franche et trop directe pour être correcte. Ce dosage dépendait beaucoup de l'interlocuteur et donc de la capacité à jauger les autres. Elle n'y parvenait pas trop mal en règle générale. Sa mère lui avait apprit que jouer au funambule avec son entourage était le meilleur moyen d'être écouté véritablement. Du moins lorsqu'on ne trébuchait pas. Il lui était arrivé de trébucher. Mais les siècles d'entrainement avaient considérablement réduit le nombre de ses chutes. Elle avait aussi apprit que l'humour était un excellent filet de sécurité.

"Alors dit- moi, d'où te viens cet enthousiasme soudain pour l'art de la guérison? Si c'est pour une peine de cœur, j'ai bien peur de ne pas encore avoir dénichée la recette."


Elle avait dit cela avec douceur et précaution, tentant de le pousser à s'ouvrir un peu sans pour autant vouloir faire ressurgir des mauvais souvenirs. Elle savait que ces derniers temps n'avaient pas été les plus simples. de ce côté-ci pour le prince. Mais ce n'était qu'une suggestion de conversation qu'il lui serait facile d'esquiver s'il le désirait. Comme toujours, elle ne faisait que lui rappeler qu'elle avait une oreille attentive à lui accorder dans le cas où il en ressentirait le besoin. Cela pouvait paraitre peu de chose, mais elle savait l'importance que cela pouvait revêtir pour une personne un peu solitaire...Comme elle.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os   Aujourd'hui à 5:30

Revenir en haut Aller en bas
 

[Aradhrynd - Flashback] Comment ne pas tomber sur un os

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Comment éviter les clans trop forts?100% de matchs équilibrés
» La probabilité de tomber sur des pokémon shiney dans X et Y augmentée?
» Comment contrer un mumak?
» comment peindre des orientaux
» Annabuses, ou comment réussir son exam... , de A. Lasornette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Arda :: La Forêt Noire-