Topsites
Égaré dans ce vaste monde ?

Ici vous trouverez l'ensemble des sujets les lieux, l'histoire et tout ce qui peut être utile au jeu.


 

Partagez | 
 

 Rencontre fortuite [Legolas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe Sylvain

Eraën
Feat : Paul Bettany


Messages : 100

Date d'inscription : 30/11/2015

Localisation : En vadrouille

Elfe Sylvain
MessageSujet: Rencontre fortuite [Legolas]   Lun 25 Avr - 11:45

Cela faisait déjà une semaine que les Núménóréens étaient passés à l’attaque. Une semaine que le sang des soldats morts au combat avait gorgé les terres du pays de Dale. Pourtant, j’étais resté dans l’espoir de trouver un peu de travail. Mais force était de constater que les hommes, ayant déjà payé le lourd tribu de la mort de leurs proches, étaient pour le moins réfractaire à l’idée d’assassiner son voisin. Alors je m’ennuyais. Fermement. Je devais envisager de partir, à présent que ma blessure à l’avant-bras était entièrement guérie. Seule me restait une balafre qui luttera contre les effets du temps. Mais j’aimais voir ces « peintures de guerre ». C’est pour cela que j’avais demandé à l’elfe guérisseuse de bien vouloir cesser ses soins à ce stade. C’était pour moi comme une sorte de trophée que je porterai à tout jamais. Mon corps était criblé de cicatrices. Mon visage, mon torse, mes bras et mes jambes étaient la preuve douloureuse de mon engagement au service de la Mort. Blessures faites par autrui ou par moi-même dans mes moments de révolte intérieure, j’étais tel un livre contant les mille et unes histoires que j’avais vécues à l’encre de mes veines.

J’errais dans les rues, poussant un soupir, tel une âme en peine. Les étals du marché sentaient le poisson à des kilomètres à la ronde. Rien de tout cela ne me mettait en appétit, et voir les hommes, ridicules, se disputer pour être servis en premier m’écœurait. La race des hommes n’était pas celle que je préférais. Je les méprisais presque. Nul doute que la plupart étaient dotés d’un grand courage sur le champ de bataille et en cela je les respectais, mais c’était dans leurs us et coutumes que je les appréciais moins. Ils étaient triviaux, sales, irrespectueux et surtout intolérant. Je n’avais de cesse de me promener avec ma capuche sur le visage afin que l’on arrête de me détailler comme une bête curieuse, en tant qu’elfe et qu’albinos.

Le parjure. J’étais celui qui avait prêté serment à mon peuple, et qui l’avait fuie. Malgré tout, je savais qu’ils pourraient m’accueillir à nouveau les bras ouverts, mon peuple est trop bon, mais je m’y refusais. Je n’avais rien, aucune attache, aucun point d’ancrage, pas même ma mère que j’effrayais et qui connaissait mes pulsions meurtrières. Pour le reste, nul ne savait pourquoi j’étais parti, et c’était mieux ainsi, car je savais que si je leur révélais mes tendances meurtrières et ma folie, je serai enfermé ou bien banni à tout jamais. Les elfes ne voudraient pas d’un meurtrier sanguinaire dans leurs rangs.

Je continuais à avancer pour m’éloigner loin de cette foule, afin de respirer un peu le bon air pur loin de la puanteur des habitants et de leur victuaille répugnante.
Sentant que j’avais un petit creux, je pris dans mon sac la dernière lembas qui me restait, et croquer dedans pour couper un morceau. Un simple morceau qui faisait office d’un repas entier côté rassasiement. Je la repliais dans sa feuille et la rangeais dans mes affaires avant de boire une gorgée d’eau. Les bières humaines n’étaient pas à mon goût. Soudain, une ombre passa furtivement derrière moi. Je me retournais et ne pus qu’entrevoir la fin d’une chevelure blonde comme les blés. Et cette aura, ce bruit imperceptible de ses pas que mes oreilles d’elfe parvenaient à peine à capter… un elfe. Il n’y avait aucun autre doute. En des temps normaux je ne me serais pas retourné, je fuyais les elfes aussi bien que toute présence vivante quand je n’avais pas mon pain à gagner. Or là, je le reconnaissais. Celui qui possédais cette démarche n’était autre que…

« Legolas ? » L’interpellais-je en sortant de ma ruelle.

L’elfe se tourna vers moi et un sourire rare mais sincère naquit sur mes lèvres.

« Legolas, fils de Thranduil, que fais-tu ici ? »


Je ne pensais pas dire cela un jour, mais j’étais heureux de le retrouver. Aussi parce que, au fond de moi et même si je ne voulais pas me l’avouer, mon peuple me manquait.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Rencontre fortuite [Legolas]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Legolas?
» Legolas:Mon arc est votre
» tuto legolas version communauté de l'anneau
» Legolas le chat?
» Trucages et Gifs de Huor et Legolas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Arda :: Pays de Dale-