Topsites
Égaré dans ce vaste monde ?

Ici vous trouverez l'ensemble des sujets les lieux, l'histoire et tout ce qui peut être utile au jeu.


 

Partagez | 
 

 [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elfe Sylvain

Thranduil
Feat : Lee Pace


Messages : 840

Date d'inscription : 31/12/2014

Elfe Sylvain
MessageSujet: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Lun 14 Sep - 21:04

Aragorn ♛ Legolas ♛ Thranduil
« Tes traces je devine et tes pas je rattrape  »  



Depuis plusieurs décennies le monde glissait peu à peu dans l’abîme, en proie à une ombre qui enflait, aspirant doucement dans son infecte panse replète les dernières lueurs d’espérances qui brasillaient encore. Pourtant, rendre les armes n’était ni permis ni concevable, du moins cela ne l’était pas pour le grand peuple des Elfes de la Forêt Noire. Chacun d’entre eux n’avait de cesse de combattre, consacrant sa vie à cela. trop peut-être. Leur roi regrettait les temps de paix et de félicité qui portaient sur leur flanc les plus beaux lais, ceux qui parlaient d’amour et de la majesté du monde d’Ilúvatar. Mais l’insouciance avait péri, depuis déjà fort longtemps et si des chants subsistaient encore dans les cavernes d’Aradhrynd, ils ne parvenaient plus à faire oublier ce spectre au noir langage.

  Puissions-nous arracher à la bête un dernier grand cris de douleur avant de sombrer.

Spoiler:
 

Le royaume de Thranduil était sans doute l’un des plus gardés qui soit et pourtant l’un des plus dangereux; et comme on ne survit pas à un danger sans en devenir un soi-même, le peuple qu’il abritait était redoutable et craint. Les frontières n’existaient-elles donc pas pour que l’on les considère avec respect ? Le roi s’arrangeait pour que nulle ne l’oublie.
Aujourd’hui encore, quelques rares badauds parvenaient à se perdre dans les profondeurs de la forêt. Il arriva que l’on retrouve les morceaux que les monstres n'avaient dédaignés avaler -ou juste omis, ils sont si voraces… ou bien d’autres plus chanceux ronflaient profondément sur les berges de la rivière enchantée mais en général, on n’en retrouvait que les hardes -trop indigestes. En de très rares fois, ils étaient encore en vie et entiers. Pourquoi traversaient-ils ces terres ? Souvent par égarement, parfois par excès de hardiesse -et de bêtise- et de façon bien plus exceptionnelle, c’était volontaire et même réfléchi.

Les cimes commençaient à perdre leur premier feuillage car les derniers instants de Laer* laissaient tomber du Nord un vent auquel chaque jour enlevait un peu plus de douceur. Le jour d’Orgilion** se fanait lorsque Thranduil fut alerté que le Prince revenait à Aradhrynd et qu’il avait rencontré un étranger lors de sa patrouille… en vie… entier… et pas inconnu. Aragorn. Ce nom il l’avait entendu il y avait longtemps de cela mais il ne l’avait pas oublié -car de façon générale, les Elfes possèdent (entre autre) une mémoire véritablement exceptionnelle. Il avait déjà croisé ce jeune homme par le passé, et plus précisément à Fondcombe, dans la demeure du Seigneur Elrond. Il se souvenait également que le Pèlerin Gris était de ses amis et que cet humain n’était pas ce qu’il semblait être. A l’époque le jeune homme qu’il avait connu avait à peine éveillé son intérêt mais depuis il avait certainement bien grandi pour avoir tant de hardiesse et s’aventurer là où ceux de son espèce redoutaient même de rêver. Alors il attendit de sentir les lourdes portes de son antre s’ouvrir sur les pas de leur hôte et de son fils. Cette venue n’était pas fortuite et il serait intéressant d’entendre le récit qui en découlerait.

Il vit de loin les silhouettes se mouvoir sous l’éclat des candélabres d’or et se fit patience et sérénité. Oui, Aragorn, fils d’Arathorn avait grandi. Bien qu’il fut loin, il saisit déjà le changement dans ses yeux. L’enfance était bien loin derrière lui et dès lors, chacun de ses pas était le fruit de sa volonté propre et le conduisaient sur un chemin que bien peu pouvait ne serait-ce qu’entrevoir. Thranduil constata que ses mains n’étaient pas liées. Le nom d’Aragorn ne pouvait pas être inconnu de son peuple et encore moins de l’héritier du royaume sylvestre.

Lorsqu’ils parvinrent jusqu’au trône du roi, ce dernier les attendait. Il portait la couronne au bois d’un vert émeraude qui seyait encore à cette époque de l’année et était drapé dans une toge d’un pourpre sombre ornée de liserés d’argent. Legolas prit la parole en premier, annonçant le nouveau venu.

Nous avons intercepté le rôdeur Père. Il dit s’appeler Aragorn, fils d’Arathorn.

Spoiler:
 

Geste inusité, il offrit un léger sourire à l’Edain, répondant à son salut en inclinant lui-même la tête sans le quitter des yeux. Puis il se leva, laissant le drapé derrière lui, révélant une tunique brodée dans un ocre pâle mêlée de noir à l’étoffe tout aussi noble. Descendant les marches, sa voix s’éleva dans le palais, forte, mais amicale.

Voilà bien une chose rare, Aragorn. Car votre apparition me surprend… et ce n’est pas un exercice aisé. Soyez le bienvenue.

Spoiler:
 

Dit-il lorsqu’il fut alors plus proche. Enfin, il leva son regard azuré sur l’Elfe qui se tenait à leur côté et qui avait assisté à l’échange en silence, observant avec intérêt. “Je vois que vous avez déjà fait connaissance avec mon fils Legolas.” Avant de tourner son attention vers l’humain. “Vous avez beaucoup changé depuis notre dernière entrevue. Comment se porte le Seigneur Elrond ? Est-ce lui qui vous envoie à moi ?” Acheva-t-il dans un sourire mêlé de mystère, rendant son visage sibyllin.

Mais peut-être souhaiteriez-vous vous reposer avant toute chose. J’imagine que votre voyage a été éprouvant.


Spoiler:
 


fiche par century sex.


The last Elvenking
Truth is we had no choice. We'll try to shield those we can. No better world, let this end. Mothers cry, our boys die,
But we'll stand until the end


Dernière édition par Thranduil le Jeu 17 Mar - 19:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Legolas
Feat : Orlando Bloom


Messages : 421

Date d'inscription : 03/01/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Mar 15 Sep - 21:03

Tes traces je devine et tes pas je rattrape

Legolas ✣ Thranduil ✣ Aragorn


Note : Passez la souris sur les phrases en trad pour en lire la traduction.

Nulle lueur ne pouvait se frayer un passage au travers de l'épaisse frondaison, c'était, parmi nombre de raisons, pourquoi le territoire avait pris le nom de "Forêt Noire". Seul des yeux d'elfes, perçants et sensible à la plus faible des lueurs, pouvait permettre à son porteur de s'orienter sans encombre dans la végétation. Il fallait également devenir indécelable, ne faire qu'un avec la forêt, en ressentir le battement de cœur, qu'aucun bruit de pas ne puisse être différencié du bruissement du vent dans les feuilles. Car la forêt semblait être dotée de sa volonté propre et réagissais parfois avec virulence à une présence étrangère.

D'apparence, la forêt était silencieuse, si peu agitée, en vérité, qu'elle se faisait même oppressante pour quelqu'un qui n'y était pas invité. Aucun mouvement ne pouvait attirer le regard du voyageur isolé, cependant, s'il y était réceptif, il pouvait ressentir cet étrange malaise, celui d'être épié. Mais de ce fait, d'aucun l'aurait mis sur le compte de l'obscurité, de la fatigue ou simplement de l'imagination. La forêt à elle seule entretenait crainte et paranoïa, plus encore depuis que le Mal reprenait ses droits au Sud.

Mais parfois, la sensation était réelle et se tenaient tapis, cachés des regards, des groupes entiers d'elfes avides de protéger leurs terres contre les importuns.

Mais ce voyageur-ci semblait particulier. C'était un représentant de la race des Hommes, un Rodeur du Nord même, à en croire son allure et son accoutrement. Il progressait avec assurance dans les bois, comme s'il savait ce qui le guettait, et qu'il l'attendait. Tapis dans les branches, nous le suivions depuis quelques lieues quand je décidais que nous avions assez évalué le danger. Nul traquenard d'un homme ne pouvait être une réelle menace pour un groupe d'elfe sur leur territoire.

"Daro i!" [Arrêtez vous !]

Ma voix perça le silence de la forêt et, instantanément, une dizaine d'elfes se révélèrent à la vue du voyageur, armés, arcs tendus et flèches en direction de l'homme. Soit il comprenait le langage des elfes, soit il en saisit au moins le sens, car il s'arrêta, ne montrant aucun signe d'hostilité. Ne baissant pas mon arc pour autant, je m'approchais de lui, toisant son visage marqué par le voyage. Il n'en dégageait aucune animosité, il ne semblait ni hostile, ni effrayé, ni même vaguement inquiet. Tout ceci était décidément bien curieux.

"Man i eneth lín?" [Qui êtes vous ?]

"Im Aragorn, ion o Arathorn." [Je suis Aragorn, fils d'Arathorn]

Après une brève hésitation, je baissais mon arc. Ce nom, je le connaissais, j'avais étudié la lignée d'Isildur, je connaissais le nom d'Arathorn et avais déjà entendu parler de celui d'Aragorn. Etais-ce bien lui que j'avais devant moi ? Cela, je ne pouvais l'affirmer, bien qu'il ne semblait pas mentir. Quoi qu'il en soit, tout ceci n'était que pour satisfaire ma curiosité. Qu'il soit bel et bien le descendant d'Isildur, un simple rodeur ou qu'importe, il devait être conduit a Aradhrynd. Cependant, son nom et son attitude paisible m'incitèrent à m'entretenir rapidement avec un garde qui venait pour lui attacher les mains. J'en prenais la responsabilité, mais je préférais le traiter avec plus de déférence que pour un simple voyageur. Je fis un signe et le reste de notre groupe rangèrent leurs flèches dans leur carquois. Non sans un sourire à peine marqué, je fis signe de nous suivre au voyageur.  

"Aphado nin" [Suivez-nous]

Il ne marqua, là aussi, aucune résistance et nous prîmes la direction du cœur de la forêt. Il progressait d'un bon pas, habitué, apparemment, à un rythme soutenu proche du notre. Nous fûmes en vue de notre cité assez rapidement, alors que le jour n'avait pas encore commencé à décliner. Montant vers le trône, je sentis de loin le regard de mon Père. Je me souvins qu'il s'était déjà rendu à Foncombe, si nous étions bien en présence de celui qu'il se prétendait, mon Père n'aurait aucun mal à le reconnaitre. Il nous attendait, ayant, bien évidemment, été mis au courant de la présence d'un rodeur sur ses terres.  

"Nous avons intercepté le rôdeur Ada. Il dit s’appeler Aragorn, fils d’Arathorn." [Nous avons intercepté le rôdeur Père. Il dit s’appeler Aragorn, fils d’Arathorn.]

Ses paroles confirmèrent que l'Edain avait dit vrai, c'était bel et bien celui qu'il disait être. Des lignées d'hommes, rares étaient celles aussi majeures que la sienne et je me félicitais de lui avoir accordé ma confiance. Laissant au Roi le soin de me présentais, j'adressais un sourire à notre invité, car c'était bien ce qu'il était désormais.





Dernière édition par Legolas le Mer 2 Déc - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eriador

Aragorn
Feat : Viggo Mortensen


Messages : 229

Date d'inscription : 27/01/2015

Localisation : Où mes pas me mènent

Eriador
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Mar 29 Sep - 17:15

Tes traces je devine et tes pas je rattrape


Ft. Aragorn, Legolas & Thranduil





L'elfique:
 

Voilà plusieurs semaines que j’avais quitté Gandalf. Le Pèlerin Gris m’avait confié une tâche bien ardue et je commençais à douter de mes capacités à réussir. Nous nous étions entretenus près de Fondcombe, la Cité du Seigneur Elrond et j’avais pu ressentir en lui les mêmes doutes que celles que je ressentais. Toutefois il avait su trouver, comme à son habitude, les paroles qui me firent poursuivre ma route. Nous savions que la créature que nous recherchions, un certain Gollum avait vécu dans les Monts Brumeux. Ainsi, ensemble, nous avions écumé cette zone synonyme de grands périls. Maintes fois nous avions croisé la route de gobelins ou d’orques, mais nous n’avions découvert nulle trace de l’objet de notre quête. Ainsi nous avions décidé de nous séparer. Gandalf ne m’avait rien dit de sa destination, mais il semblait avoir besoin de se rendre à Minas Tirith. Je ne pouvais l’accompagner dans cette destination, l’heure de retourner en Gondor n’étant pas encore venue pour moi.

Je pris donc la décision de mener mes recherches à l’est. Mes pas me menèrent à la lisière de Fangorn. La vieille forêt n’était pas un endroit des plus sûrs pour les voyageurs, même pour un rôdeur expérimenté. Ainsi je la longeai afin d’arriver sur les plaines d’une des grandes batailles de notre ère, les Champs de Celebrant. Mais là non plus, il n’y avait nulle trace de celui qui fut autrefois appelé Smeagol. Gandalf avait entouré cet être de mystère. Le Magicien m’en avait fait une description physique très précise et il semblait n’être qu’une émanation du pouvoir de l’Ennemi. Mais le peu d’information dont je disposais est qu’il n’avait aucun rapport avec la menace orientale. Cependant, je me doutais bien qu’il avait une place dans les évènements de notre temps.
Ma route se poursuivit par-delà l’Anduin, dans les Terres Brunes. Je restai assez loin du Mordor. Jadis mes pas m’avaient mené dans ces terres désolées mais désormais l’Ennemi avait fermé ses frontières et il aurait été folie de tenter d’effectuer des recherches dans cette zone. Si ce Gollum s’y était rendu, notre quête ne pourrait être qu’un échec. Mais même une créature si imprévisible devait savoir que ces lieux ne le mèneraient qu’à une triste fin. Bientôt je fus dans les premiers lieux du désert du Rhûn. Fort heureusement, la présence de la mer intérieure rendait encore cet endroit vivable. Toutefois, mes réserves diminuaient trop rapidement, et une fois encore je ne découvris aucune trace de l’être au cœur de mes recherches.
Je remontai alors vers le Nord. Je longeai le fleuve Celduin jusqu’au bras où elle se joignait à Carnen où je pris le chemin vers les Monts de Fer. Le paysage changea vite et devint plus rocheux. Après le désert brûlant, je me trouvai face au froid glacial de cette région désolée. Là, je repris espoir car je découvris des traces de Gollum. Certes elle n’était plus fraîche et il semblait avoir quitté les lieux depuis fort longtemps. Mes pas croisèrent ceux d’une compagnie de nains des Monts du Fer. Malgré leur abord rude, ils me firent bon accueil et je pus partager un repas avec eux. Je m’entretins avec eux au sujet de Smeagol mais ils ne purent rien m’apprendre de concret. Tout juste avaient-ils entendu des rumeurs sur un animal insaisissable qui semblait avoir fait route vers l’ouest.

Face à ces quelques renseignements, ma décision fut de prendre le chemin de l’ouest. Après plusieurs jours de marche rapide, je fus enfin en vue du Long Lac. Je pus constater le travail accompli par les Bardides qui, avec l’aide des nains d’Erebor et des elfes de la Forêt Noire avaient reconstruit un solide Royaume. Toutefois, un œil aguerri pouvait encore voir la fragilité de ce renouveau. Mais cette réussite me fit penser à Fornost et à l’œuvre que nous avions lancé avec Gandalf. Si les miens parvenaient à un tel résultat, l’Eriador disposerait d’une véritable protection.
Alors que je cherchais à traverser le fleuve, je fis la connaissance d’un passeur, Sirion. Sur son embarcation, je pus longuement discuter avec lui. Nous parlâmes bien évidemment de son peuple et de cette récente prospérité. Son admiration pour son souverain était palpable et je fus heureux de voir que la Terre du Milieu regorgeait de tels hommes. D’autant qu’il semblait avoir pleinement conscience que l’Ennemi se préparait à nouveau à mener une guerre. Mais je n’oubliai pas mon objectif et Sirion m’apprit que Gollum avait été aperçu à Esgaroth. Du moins ce fut ce que je compris de son entretien. Il semblait chercher lui aussi quelque chose et la nuit il s’introduisait dans la ville, pénétrant dans les maisons. Comme j’avais pu le constater et pour corroborer les propos des nains des Monts du Fer, la petite créature était insaisissable.

La dernière information que je pus glaner fut la dernière fois que Gollum avait été aperçu. Vingt longues journées. J’avais bien trop de retard sur lui et une fois de plus et même si je me savais sur la bonne piste, je pris conscience de la complexité de la tâche. Que ferais Gandalf avec les informations dont je disposais ? Cela n’avait finalement guère d’importance et je me décidai à continuer ma route vers l’est et Mirkwood.
Je n’avais pas opté pour le chemin le plus évident. Depuis quelques temps, Vertbois-le-Grand s’était repeuplé de créatures infernales et les rumeurs prétendaient que des Nazgûl avaient réinvesti la sombre forteresse de Dol Guldur. Par prudence, je pris la décision de pénétrer dans la Forêt par le Nord. Ensuite il me faudrait avancer et je savais que tôt ou tard, les elfes sylvains du nord finiraient par m’intercepter. Je pourrais compter sur leur incessante surveillance des lieux pour me donner les informations que je recherchais. Mais je savais aussi qu’il serait difficile de les obtenir tant leur nature farouche était reconnue en Terre du Milieu.

Dès mon entrée dans Mirkwood, je ressentis la puissance des forces en affrontement. Les elfes devaient faire face à un puissant ennemi qui dispensait ses maléfices dans les bois. Leur tâche était bien difficile et je me sentis rapidement comme observé. Toutefois rien ne se produisit pendant deux journées et deux nuits. Au petit matin, je repris ma marche. Jusqu’alors j’avais eu de la chance de ne pas avoir à faire face aux créatures maléfiques peuplant cette sombre place.
Je sentis finalement sur moi les regards des bois. Il m’était impossible de savoir si ceux qui m’observaient était ami ou ennemi. Toutefois la finesse de l’observation et l’absence de trace autour de moi me fit penser qu’il ne pouvait s’agir que des gens de Thranduil. Quoiqu’il en fut, je saurai bientôt quoi de ma langue ou de mon épée me serait le plus utile…

Des flèches furent braquées sur moi alors que mes observateurs apparurent enfin. Une voix m’intima de stopper mes pas dans la langue des elfes. Ne cherchant pas l’affrontement, je m’arrêtai immédiatement et leva légèrement mes mains en signe d’apaisement. Je savais que ma route s’arrêtait là et que j’avais atteint mon but. Un homme se détacha du groupe et je fus frappé par sa ressemblance avec le Roi de la Forêt Noire. Il continua à me parler en elfique, comme un test afin de savoir si mon arrêt était lié à la peur ou la compréhension. Le visage de l’elfe blond ne trahissait aucune émotion. Mais à cette impassibilité, mes années de vie à Fondcombe m’avait habitué.

"Man i eneth lín?" [Qui êtes vous ?]

"Im Aragorn, ion o Arathorn." [Je suis Aragorn, fils d'Arathorn]

Mon visage ne montrait aucune animosité ni même de crainte. Mes sentiments en étaient après tout bien éloignés. Je savais mes traits marqués par le voyage mais je posai mon regard dans celui de l’elfe. J’étais un Dúnadan, descendant d’Elendil et mon statut n’avait guère besoin d’un accoutrement particulier pour le prouver. Les armes furent baissées et plus aucune menace ne persistait à mon encontre. Je compris que l’Elfe connaissait mon peuple et mon nom. Bien que l’accueil fût glacial, les elfes me menèrent à leur Royaume libre et sans contrainte, grande preuve d’ouverture pour un peuple qui menait une guerre terrible contre l’Ennemi.

Pour la première fois, je découvris les salles d’Aradhrynd dans lesquelles je pénétrai désarmé. Le Palais avait la magnificence de son peuple. Il semblait sur comme une forteresse, farouche comme l’était Mirkwood et pourtant disposait d’une finesse architecturale digne d’Imladris. Aragorn suivit son guide au travers des allées et escaliers interminables et finalement il arriva à la salle du trône. Thranduil l’attendait dans toute sa splendeur. En souverain elfique, il avait le don pour le théâtral et savait faire ressentir à ses interlocuteurs sa condition de supériorité. Thranduil était réputé pour sa froideur et sa dureté, et en cet instant, il ne trahissait pas les légendes l’entourant.

Je sus rapidement qu’il m’avait reconnu. Je l’avais jadis rencontré à Imladris, à cette lointaine époque où l’on m’appelait encore Estel. Seuls les fils d’Elrond utilisaient encore parfois ce nom. Avec déférence je m’inclinai devant le souverain qui m’adressa un sourire. Puis il s’approcha de moi et me parla d’une voix courtoise. J’avais craint un accueil bien plus distant et finalement le souverain m’accueillait en ami. Il me faudrait être habile orateur pour conserver cette bonne grâce.
Je lui répondis dans un premier temps par un sourire poli, préférant ne pas rebondir sur l’élément de surprise qu’a provoqué ma venue. Il me présenta ensuite son fils. Finalement j’avais vu juste en voyant une ressemblance entre eux. De plus, le jeune Prince avait un port altier digne de l’héritier du Roi de Mirkwood. Je me tournai brièvement vers Legolas en lui souriant et posai ma main sur ma poitrine.

[i]"Enchanté de faire votre connaissance Legolas Vertefeuille. Votre Père doit ressentir grande fierté devant votre vigilance et votre sagesse."[i][Enchanté de faire votre connaissance Legolas Vertefeuille. Votre Père doit ressentir grande fierté devant votre vigilance et votre sagesse."]

Puis je revins vers Thranduil qui s’enquérissait, de façon fort logique, de ma présence en son royaume.

"En effet, j’ai depuis lors beaucoup écumé la Terre du Milieu. Malheureusement, ma présence ici n’est pas en relation avec le Seigneur Elrond. Je l’ai quitté il y a plusieurs semaines désormais pour une quête qui m’est propre et à mon départ, il veillait comme toujours à la protection de sa demeure alors que la menace des Monts Brumeux se fait de plus en plus importante."

Je me tus un instant, fermant mes yeux pour revoir un instant la beauté d’Imladris. Comme toujours le sourire d’Arwen fut la dernière image qui accompagna ce moment de calme. Je revins alors à la réalité et posa mon regard d’acier vers Thranduil.

"J’accepte votre proposition, Seigneur Thranduil. Long a été mon voyage et je serai pour vous de meilleure compagnie après un temps de repos, et surtout de fraîcheur. Ensuite je serai ravi de vous exposer la raison de ma venue parmi les vôtres. "

Un garde vint alors à ma rencontre et m’emmena vers une chambre avant de m’indiquer que l’on viendrait me chercher pour le repas. Dans cette pièce je pus trouver tout le confort nécessaire. Je me baignai alors, ce qui m’offrit un grand réconfort. Ensuite, je connus enfin un véritable repos. Je n’avais pu avoir un tel sommeil depuis de nombreux jours. Voyager seul en Terre du Milieu n’est guère propice aux instants de détente. Il fallait apprécier chacun d’eux et j’avais appris à le faire. Enfin, je découvris une tunique laissée à mon intention que j’enfilai.
On vint frapper à la porte. Une elfe aux cheveux auburn m’attendait et m’accompagna vers une petite salle où l’attendait Thranduil et Legolas. Je pensais n’avoir à m’entretenir qu’avec le souverain, mais probablement celui-ci avait jugé intéressant la présence de son fils. Le roi remercia l’elfe qui avait accompagné le rôdeur et la dame, qu’il avait nommé Tauriel, les quitta tel le souffle d’une nuit de printemps.
Thranduil m’invita alors à me joindre à eux, ce que je fis après l’avoir remercié de l’invitation d’un simple mais courtois signe de la tête. Je m’installai alors dans le confortable siège vide. Face à moi se tenait le souverain, à ma droite son héritier.

"Une fois encore je tenais à vous remercier de votre hospitalité. Je voyage depuis bien longtemps et cet instant paisible me sera, je le sais, d’un grand secours. " Dis-je avec une courtoisie que n’égalait que ma gratitude. "Je vous suis reconnaissant de cet accueil, d’autant que j’ai pu constater les maléfices en œuvre dans vos bois. Votre peuple fait face à une bien sombre menace Seigneur Thranduil et j’admire sa capacité à la repousser sans frémir. "



Tout ce qui est or ne brille pas
JE PENSAIS QUE JE M'ÉTAIS ÉGARÉ DANS UN RÊVE
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus



Des cendres, un feu s'éveillera
NE MONTREZ PAS DE MERCI À EUX, PARCE QUE PERSONNE NE VOUS EN MONTRERA
Des ombres, une lumière jaillira

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Thranduil
Feat : Lee Pace


Messages : 840

Date d'inscription : 31/12/2014

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Sam 10 Oct - 23:32



Aragorn & Legolas




Tes traces je devine
et tes pas je rattrape





Il écoutait le fils d’Arathorn avec une attention sans doute bien plus grande que ce que ce dernier n’imaginait. Le dernier roi des Elfes en Terre du Milieu aimait se tenir au courant de tout ce qui se passait aux quatre coins de cette terre. Or, il considérait qu’Aragorn était un maillon particulièrement important dans cette chaîne d’informations, non seulement pour ce qu’il était devenu mais aussi surtout pour ceux qu’il côtoyait, et par là, Thranduil pensait plus particulièrement à un certain mage gris.

Aragorn s’en fut s’adonner au repos, profiter de ce que son corps et son esprit demandaient sans doute ardemment. En le regardant ainsi s’éloigner, le souverain de Mirkwood eut soudain une autre vision, un souvenir venant supplanter l’image qui se déroulait devant ses yeux. Beren, disparu depuis des Âges, se devinait dans la silhouette et l’allure de son héritier. Il releva le mentons, traversé par maints souvenirs et un léger mais tendre sourire ourla ses lèvres.

Un instant passa puis les traces du souvenir sur son visage se déroba. Il se tourna vers son fils, d’un oeil curieux où brillait une certaine malice.

Que penses-tu de cet Homme ?

Aux mots de son fils, le roi faisait quelques pas lents, le regard au loin…

Aragorn est un homme d’honneur, mais cela ne l’empêche pas d’être secret. Je présume qu’il ne nous dira pas tout ce qu’il sait à son réveil. L’élève d’Elrond est notre allié, mais il sait parfaitement bien manier les mots.

Il laissa quelques secondes s’écouler avant de reprendre, d’une voix plus légère.

Laissons-le se reposer. A son réveil, nous n’aurons plus qu’à attendre d’écouter son récit. J’espère pouvoir compter sur toi pour être présent au dîner.

***

Thranduil fit préparer un repas en l’honneur de leur hôte. Après tout, il était rare qu’ils reçoivent de la visite -et que le visiteur en question ne finisse pas dans les geôles- alors le Sinda tenait à ce que le Rôdeur se sente parfaitement à l’aise dans sa demeure. Thranduil et son peuple n’étaient guères engageants aux premiers abords mais c’était une façade qu’il fallait apprendre à dépasser pour mériter d’être accepté et bienvenue. Après tout, les apparences se révèlent souvent trompeuses…

La table fut dressée dans une salle en forme d’arche. Les murs étaient fait de troncs fins -ou peut-être étaient-ce là des racines- d’argents tressés et finement sculptés qui remontaient au plafond, tous rassemblés en un point central d’où lanternaient des flammes dorées encoffrées dans des écrins de cristal, distillant une lumière blanche à la douceur palpable. Sur la table avaient été entreposés un large panel de nourriture si savamment entreposé que même le plus repu des Hommes en aurait eu l’eau à la bouche. Des fruits, des légumes, des baies, autant de formes et de couleurs qui patientaient qu’on les dévore, mais ce n’était pas tout car se tenait au centre de la table une viande rôtie fumante dont le fumet laissait rêveur.

Le roi était déjà présent. Il s’était enquis de la présence d’Aragorn dès son éveil et avait chargé Tauriel de le lui amener.

Une fois le convive invité à s’asseoir aux côtés des deux nobles Elfes, l’un des leurs approcha, aussi discret qu’une ombre, pour servir les coupes d’un vin à la robe cinabre. Thranduil observait le fils d’Edain avec une attention polie et à ses encens, ses lèvres s’étirèrent subrepticement, son regard se faisant plus perçant, mais même s’il pouvait en mettre plus d’un mal à l’aise, il n’était en rien menaçant.

Le moindre frisson est pour nous synonyme de mort… nous avons appris à nous en passer. Dit-il non sans humour, mais il se rembrunit légèrement. Cela ne suffit hélas pas toujours. Sauron a réinvesti Dol Guldur par l’entremise de ses sbires les plus redoutés. Vous voyez sans doute de qui -ou de quoi, devrais-je dire- je veux parler. Des êtres sans visage, encapuchonnés de ténèbres, semant la mort et la désolation où que leur regard spectral se posât.

Le temps sembla se figer car une ombre passa dans leur esprit et le silence se fit plus lourd.

Mais pardonnez-moi, vous devez être affamé, je vous en prie, servez-vous donc.

Puis après que cela fut fait, il reprit, d’une voix constante et douce, bien qu’elle fut tout-à-fait différente de celle d’Elrond car elle était bien plus froide et étrangement lointaine.

Nous sommes ravis de votre visite. Vous conviendrez sans doute que ces dernières sont rarement amicales et au risque de contrarier les idées préconçues qui nous entourent nous aimerions pourtant qu’elles le soient davantage. Ils sont maintenant rares les êtres faisant fi des fables hélas trop vraies qui peuplent nos bois. N’avez-vous pas du faire face à nos chères occupantes ?

Le Lathrim saisit sa coupe qu’il porta à ses lèvres pour les y tremper. Il laissa un temps s’écouler avant de s’adosser plus nonchalamment dans son fauteuil taillé dans le bois, gardant le contenant entre ses doigts.

Voulez-vous bien satisfaire ma curiosité. Je me demande quelle nécessité vous a poussé à un tel voyage et quelle détresse vous a envoyé à moi. 







The last Elvenking
Truth is we had no choice. We'll try to shield those we can. No better world, let this end. Mothers cry, our boys die,
But we'll stand until the end


Dernière édition par Thranduil le Sam 7 Nov - 13:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Legolas
Feat : Orlando Bloom


Messages : 421

Date d'inscription : 03/01/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Sam 31 Oct - 21:12

Tes traces je devine et tes pas je rattrape

Legolas ✣ Thranduil ✣ Aragorn


L'héritier d'Isildur annonça, non sans provoquer une certaine surprise en moi, qu'il n'était pas ici envoyé par Elrond. A la réflexion, ce dernier nous aurait prévenu avant de nous envoyer un émissaire, plus encore s'il s'agissait d'un humain dont le visage, à défaut du nom, nous était inconnu. Nos guerriers méritaient la réputation d'être redoutable, ceux qui s'aventuraient sur nos terres sans y avoir été invités rencontraient parfois certaines mésaventures qui les menaient généralement à nos geôles. Le peuple de Mirkwood n'était pas des plus accueillant et même les simples elfes étaient méfiant, rompu à la solitude protectrice dans cette partie de la Terre du Milieu où ce qui n'est pas elfe est généralement hostile et mortel. Aussi, envoyer un humain ici sans nous prévenir aurait été un manquement de jugeote assez surprenant de la part du sage Elrond.

La question donc de la présence d'Aragorn, fils d'Arathorn, dans la salle du trône d'Aradhryn restait donc encore un mystère. Mystère qui patienterait encore un peu car mon père, pour aussi impressionnant qu'il puisse paraître, ne manquait pas de sens de l'hospitalité et lui offrit le repos avant de plus amples discussions. L'homme nous laissa donc, acceptant avec reconnaissance l'offre, et je me trouvais seul face à mon père. Quelque chose me retins là où normalement je serais également partit, peut être avais-je sentit qu'il voulait me poser une question. Je vis juste. Ce que je pensais de cet homme ? Vaste question.


"De prime abord, que je me félicite d'avoir retenu l'hostilité de mon équipe. La raison de sa présence est encore très nébuleuse, mais il me semble être un Homme honorable et savant."

Ce à quoi mon père confirma mon sentiment en soulignant le secret dont il savait s'envelopper. Puis mis fin à notre échange en manifestant son souhait de me voir présent au repas. Je confirmais sa demande implicite d'un signe de tête et me retira dans ma chambre. J'en profitais pour méditer sur la situation : l'Ennemis qui refaisait surface, les créatures sombres qui repeuplaient la foret, ces rumeurs au loin, et maintenant l'héritier d'Isildur à nos portes. Tout ceci semblait décidément présager d'autres troubles, sans doute plus grands que tout ce que j'avais pu connaître alors.

Le repas qui se préparait promettait d'être fastueux. Après tout, en dépit de notre combativité et de notre isolement, nous savions recevoir et ne manquions de rien. Après un temps de repos, j'étudiais les récits des dernières batailles contre Sauron quand un fumet délicieux écarta ces sombres lignes de mon esprit. C'est sans regret que j'abandonnais mes recherches pour retrouver mon Père dans la salle. Tauriel nous amena notre invité, j’échangeais un rapide regard avec elle, trop vite achevé puisqu'elle dû nous laisser sitôt arrivée. Aragorn pris place en remerciant pour l’hospitalité. Puis la conversation se lança sur l'Ombre et ce qui hantait nos terres.

Je restais silencieux, nous n'avions nul besoin que je ponctue ces explications sur d'autres détails sur nos interventions toujours plus nombreuses, aux attaques et à mes craintes concernant les nôtres vivants parfois trop loin d'ici pour que nous puissions les protéger encore longtemps. Pourtant, nous faisions tout ce qui nous était possible, concentrant principalement nos forces sur les axes de la forêt où les elfes passaient le plus, les réseau les plus fréquentés, ce qui ressemblait le plus à des routes. Le voyageur restant sur le chemin avait des chances d'échapper aux araignées, nous veillons à en débarrasser des nids. Mais en dehors des sentiers, entre ce trouble que la forêt entretenait et ces menaces à huit pattes, il était fréquent que des personnes y disparaissent irrémédiablement. Aragorn ne semblait pas avoir fait de mauvaise rencontre avant que nous ne le cueillions en chemin. Il me semblait être quelqu'un de sensé, aventureux, certes, mais pas dénué de prudence. Je reposais ma coupe, tachant de ne pas montrer mon attention grandissante quand mon Père aborda cette question cruciale que les raisons qui l'avaient menés ici.  





Dernière édition par Legolas le Mer 2 Déc - 18:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eriador

Aragorn
Feat : Viggo Mortensen


Messages : 229

Date d'inscription : 27/01/2015

Localisation : Où mes pas me mènent

Eriador
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Jeu 5 Nov - 12:45

Tes traces je devine et tes pas je rattrape


Ft. Aragorn, Legolas & Thranduil









Bien que je fusse habitué des repas en compagnie d’elfe, je sentais, en cette instant, la chance qui m’avait été accordé. En effet, depuis le début de son règne, et même celui de son Père auparavant, combien d’hommes avaient pu dîné en compagnie du Seigneur de Mirkwood ? Bien peu, cela était une certitude et en dehors de mon illustre aïeul Elendil, je suis probablement le seul.
Le repas débuta sur un ton sinistre. J’en étais le seul responsable car, en flattant le peuple de Thranduil, j’avais évoqué l’affliction se manifestant dans les bois sacrés. La réponse que je reçus fût à l’image de mon hôte, aussi froid que courtois. Mais il développa sa pensée et je compris, bien que les dernières nouvelles m’en avait déjà informé, la difficulté de la position du Souverain. Il évoqua les créatures les plus sombres, les serviteurs les plus serviles et puissants du Seigneur Noir.

"Nazgûl…"

Ce mot m’échappa, dans un murmure. Je n’avais encore jamais croisé ces êtres entourés de noirceur. Mon destin serait, un jour, de leur faire face et je redoutais cet instant. Le plus fidèle de tous avait causé la ruine de mon peuple bien des siècles auparavant et aujourd’hui, certains, dont Gandalf et moi, pensions même qu’il recommencerait son oeuvre et que l’assaut sur Erebor en était la preuve. C’est pour cette raison que je tentai de réunifier les Dúnedain. Fornost serait notre demeure et là-bas, nous serions plus puissants.
Mes pensées s’égarèrent un instant sachant que je devrais bientôt rejoindre les miens afin de veiller au bon avancement de ce projet fou. Thranduil me tira de mes rêveries, m’invitant à me servir. Je ne me fis guère prier. Le fumet des mets étaient particulièrement appétissants et je n’avais connu que de frugaux repas depuis plusieurs semaines. Bien souvent j’avais du me contenter d’un unique repas journalier fait de cueillette et de chasse. Délicatement, je me servis alors une tranche de rôti qui ouvrit plus encore mon appétit que j’accompagnai de baies et de légumes.

Alors que mon hôte relança la conversation, je goûtai le nectar, en appréciant l’arôme. L’on ne sait jamais de quelle manière les elfes de Mirkwood peuvent nous accueillir mais la décision qui m’avait mené sur leur territoire avait été judicieuse. Le Roi rebondit ort justement sur les mystères entourant son peuple et la réputation dure qu’il avait acquis au fil des siècles.

"Je pense avoir joué de chance et de prudence Seigneur Thranduil. J’ai emprunté la voie des elfes, sachant que les autres voies représentaient un grand danger. De plus, je souhaitais vous trouver et de cette manière je multipliais la possibilité de croiser une de vos patrouille. La chance m’a une fois de plus souri puisque j’ai rencontré votre fils Legolas, dont la vigilance n’est égalée que par la sagesse qui le caractérise."

Je jetai un regard vers le plus jeune des elfes et mon visage s’inclina en marque de gratitude. Je ne connaissais pas encore Legolas, mais son attitude ne pouvait trahir mon instinct et je sus qu’il faisait partie de ces personnages dont la grandeur incitait encore à espérer un futur pour la Terre du Milieu. Je retournai alors à mon repas et je pris une bouchée de rôti dont la saveur égalait le fumet.
Jusqu’à maintenant, nous n’avions échangé que des amabilités bien que la discussion avait cette noirceur seyant à notre époque. Mais le souverain n’avait pas oublié son objectif et il entama, comme je m’y attendais, la véritable conversation. Il souhaitait connaître la raison de ma présence en son royaume, ce qui était somme toute d’une logique à toute épreuve. Je pris alors mon temps pour répondre, dégustant une nouvelle fois une longue gorgée de vin. Avec délicatesse, je déposai ma coupe sur la table.

"Voici plusieurs semaines que je quittai Imladris. J’ai depuis de longues années l’habitude de sillonner la Terre du Milieu afin d’observer les mouvements de l’Ennemi."

Je marquai un temps de pause, m’interrogeant sur la réponse que je devais fournir. J’avais des possibilités de mensonge. Il me serait facile d’indiquer que ce voyage était en relation avec Fornost et qu’au cours de mon périple, j’ai observé une créature aussi étrange qu'insaisissable. Cependant, je faisais face à un allié et s’il s’apercevait de ce mensonge, cela pourrait nuire à notre amitié.

"Je rencontrai alors Gandalf. Vous connaissez le Pèlerin Gris, il semble toujours soucieux. Il m’a alors parlé d’une étrange créature qui avait été vu en de nombreux endroits. Je compris qu’il redoutait une nouvelle ruse en provenance de Mordor et lui proposai mon aide."

Une nouvelle fois je me tus et prit le temps pour une nouvelle gorgée de vin. Je regardai alors mes deux interlocuteurs et je compris qu’ils attendaient de moi la suite de ce récit.

"Nous voyageâmes alors à travers la Terre du Milieu. Je n’ai guère d’élément sur celle-ci. Elle ressemblerait à un petit orque, se déplaçant telle une araignée. Des éléments que j’ai pu glaner ici et là, elle serait la source de nombreuses histoires mais j’ai le sentiment qu’elle est utilisé comme une forme de croquemitaine afin d’effrayer les enfants récalcitrants."

Ma dernière phrase fut ponctuée d’un sourire amusé. en effet, les gens du lac avait eu cette utilisation particulière de Gollum. Nombreux furent ceux m’indiquant qu’il avait enlevé des enfants, mais aucun ne connaissait un habitant victime de ces terribles agissements.

"Je suis un pisteur mes seigneurs. Et les traces que j’ai trouvé m’ont mené vers la Forêt Noire. Et me voici donc ici, quêtant votre aide. Auriez-vous entendu parler d’une telle créature ? "





Tout ce qui est or ne brille pas
JE PENSAIS QUE JE M'ÉTAIS ÉGARÉ DANS UN RÊVE
Tous ceux qui errent ne sont pas perdus



Des cendres, un feu s'éveillera
NE MONTREZ PAS DE MERCI À EUX, PARCE QUE PERSONNE NE VOUS EN MONTRERA
Des ombres, une lumière jaillira

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Thranduil
Feat : Lee Pace


Messages : 840

Date d'inscription : 31/12/2014

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Mer 11 Nov - 21:44



Aragorn & Legolas




Tes traces je devine
et tes pas je rattrape





L’oeillade perçante du dernier roi des Elfes ne quittait point le Rôdeur et lorsque dans un murmure à peine perceptible il souffla le nom que nombre de vivants redoutent à penser, le simulacre d’un sourire étira ses lèvres mais il exhalait davantage le dégoût et le mépris. A leur côté, le mal s’étendait avec une telle aisance, à une telle vitesse que contenir les reflux malfaisants relevait de l’ordre du prodige. Fort heureusement, les Elfes de la Forêt Noire étaient prodigieux.

Les quelques secondes qui suivirent évincèrent les traces de dédain que l’évocation des Nazgûl avait peint sur son faciès immortel. “C’était une entreprise risquée, mais courageuse. Votre habileté acquise au cours de votre éducation chez le Seigneur Elrond n’est certainement pas pour rien dans votre chance. Quant à l’intervention de mon fils, vous n’auriez pu tomber mieux.” Acheva-t-il dans un mi-sourire.

Mais enfin Aragorn se décidait à offrir à ses hôtes la véritable raison de sa présence sur leur terre. Ainsi, il parcourait la Terre du Milieu, en main armée vigilante et insaisissable, luttant dans l’ombre contre le grand Oeil. Habillé de haillon, l’héritier du trône d’Isildur, un être à l’exceptionnelle destinée ne ressemblait pourtant pas moins à un vagabond. Cette ironie pouvait l’amuser, lui le roi que rien ne pouvait plus surprendre car l’Ennemi était aveugle à son existence. Etait-ce à raison ? Comment un tel être pouvait-il quoi que ce soit contre le pouvoir et la haine qui s’élevaient à l’Est ? Ce devrait sans doute être ce que Sauron penserait de lui s’il le voyait assit là, maintenant, à cette table.

Mais la grandeur n’a parfois nul besoin d'apparat.

Tout en écoutant Aragorn, il tourna subrepticement la tête vers son fils. Legolas admirait cet homme, il pouvait le percevoir déjà sans mal, le lire dans son regard. Pourtant, il venait à peine de le rencontrer et c’était un Elfe, un être qui, malgré son jeune âge, avait de l’expérience et qu’il était difficile d’impressionner. Alors cela devint pour lui comme une évidence. Ce pouvoir qu’il possédait pouvait faire la différence. Ce pouvoir pouvait lui en donner d’autres, sans limite. Ce pouvoir pouvait lui faire lever des armées.
Le regard de Thranduil revint au Rôdeur et son esprit lui permit d’imaginer une autre fin, un autre dénouement que celui que tous envisageaient, emprunt d’opprobre et de douleur. Estel, tel était le nom qu’il avait acquit à Imladris et n’était autre que prophétique. Déjà il pouvait le sentir dans son coeur glacé.

Il garda ses états d’âme pour lui, son impassible visage séculaire ne laissant aucune pensée se lire dans ses yeux ou ses traits. Le Dúnadan évoqua Gandalf dont le nom provoqua un bref haussement de sourcils, accompagné d’un rictus alors qu’il trempa de nouveau ses lèvres dans le vin. “Il y a bien des lunes que je n’ai point revu Mithrandir. La dernière fois que nous nous quittâmes c’était à la fin de la reconquête d’Erebor. Malgré mon invitation à Ardhrynd, je ne l’ai jamais revu. Je ne lui en tiens pas rigueur, je sais que son temps est précieux.” Déposant sa coupe, le roi se lève alors pour faire quelques pas le long de la pièce, le long drapé de sa tunique brodé d’argent et de pourpre bruissant au contact du sol marbré. “Je dois avouer que je m’en porte pas plus mal. S’il n’apporte en rien le malheur, contrairement aux dires de certaines légendes humaines, il en apporte les funestes rumeurs.” Lâcha-t-il en partageant un sourire quelque peu amusé avec Aragorn avant de poursuivre, continuant ses pas lents. “Savoir qu’il vous a chargé d’une nouvelle mission ne m’étonne guère. Cette lourde tâche qui est la sienne le pousse sans cesse à combattre, par des moyens détournés ou non les forces de Sauron et il ne peut tout faire seul. Puisqu’il vous a chargé de trouver cette… créature, je ne doute pas que cela soit d’une importance majeure.” Il se tût, tournant le dos à la tablée, gardant le silence encore un instant avant que son visage ne se dessine dans son profil aux yeux du Rôdeur. “En se rendant à Esgaroth, mes hommes m’ont ramené certains… bruits concernant une bête étrange qui effrayait les femme et les enfants. Les Bardides ne semblaient pas avoir besoin d’aide sur ce sujet, je n’y ai guère porté plus d’attention. Ce qui m'interpelle davantage en revanche c’est le rapport de Legolas il y a à peine deux jours de cela.” Puis il se tourna vers son héritier, la tête légèrement inclinée, les bras croisés sur le torse, l’enjoignant à poursuivre.







The last Elvenking
Truth is we had no choice. We'll try to shield those we can. No better world, let this end. Mothers cry, our boys die,
But we'll stand until the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Legolas
Feat : Orlando Bloom


Messages : 421

Date d'inscription : 03/01/2015

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Sam 9 Jan - 11:03

Tes traces je devine et tes pas je rattrape

Legolas ✣ Thranduil ✣ Aragorn


Je profitais du repas sans participer plus que nécessaire à la discussion qui se tenait entre le rôdeur et le roi. En réalité et malgré mon air presque absent, semblant savourer la nourriture, j'écoutais avec grande attention leur dialogue, mon père cherchant à en apprendre plus sur les circonstances qui avaient menés Aragorn jusque sur nos terres. J'appris ainsi qu'il était entré dans la forêt dans l'objectif de nous rencontrer, ce qui expliquait pourquoi nous n'avions eu si peu de mal à le détecter. Je m'étais surpris du peu de discrétion d'un rôdeur de sa renommée, mais il avait alors l'ouverte intention de se faire remarquer. Quand nous l'avions appréhendé, je m'étais surpris de sa coopération, voilà qui justifiait ses réactions. Je levais légèrement mon verre vers lui à sa remarque. J'avais eu le sentiment de faire ce que je devais sur le moment, à présent j'avais la certitude que ce geste n'était que le premier d'une entente qui nous mènerait loin.

La suite de son récit renforça encore mon intérêt : il avait donc voyagé avec Gandalf, Mithrandir. Comme beaucoup, je ne l'avais plus revu, ni même reçu d'échos, depuis les sombres événements d'Erebor. Quand il était question de lui, mon avis différait de celui de mon père qui voyait en lui un oiseau de mauvaise augure. Il est vrai que c'était lui qui avait poussé les nains dans leurs mortelles entreprises, mais je considérais avec le recul des années ce que cela avait apporté par la suite, la reconstruction de Lacville sur des bases plus saines, à commencer par le règne de Barde qui avait redoré le blason de celle ville jusque-là rongée par la corruption. Erebor était de nouveau vivante, les nains y prospéraient, jusqu'à présent, avec un peu moins de stupidité que leurs aïeux. Dans l'ensemble, aussi sombre que ces temps furent, ce qui en était né était indéniablement positif, je me prenais souvent à penser que telle avait été la volonté de Gandalf quand il avait initié ce mouvement si insignifiant au début, mais dont l'ampleur était pourtant devenue considérable.

Puis Aragorn en vint à la raison qui l'avait amené jusque-ici, il était sur les traces d'une créatures dont la description éveilla en moi certaines images récentes, quelques rumeurs similaires qui avaient abouties sur la traque d'un être étrangement semblable. Je pris un air pensif, m’interrogeant sur la nature de cette créature et s'il se pouvait que nous pensions à la même. Mon père devait songer à la même chose, car il fit lui aussi le lien avec notre récente expédition, avant de se tourner vers moi afin de me laisser poursuivre.

"C'est vrai. Une patrouille nous a signalé la présence d'une créature très semblable à celle décrite et inquiétant ceux qui l'avaient croisés." Commençais-je, le regard vague alors que je tachais de me rappeler des détails de cette information qui avait semblé, sur le moment, sans grand intérêt. Un intrus étrange dans la forêt, ce n'était pas extraordinaire. Ce fut la traque qui suivi qui nous permit de comprendre que nous n'avions pas à faire à une bête ordinaire. "Nous avions trouvé sa trace non loin des zones rocheuses, mais le suivre a été difficile, il sait se faire discret, nous l'avons ainsi traqués jusqu'à l'aube. Il ne semblait pas affecté par l’obscurité, mais semblait également conscient d'être suivi et assez téméraire pour s'enfoncer dans la forêt. En suivant ses traces, elles nous menèrent droit dans un nid d'araignées. Il est difficile de savoir si c'était son but, si tel est le cas il semblerait qu'il soit assez malin." Pour ma part, j'avais le sentiment que ses gestes en nous attirant à cet endroit précis avaient été délibérés et que nous avions affaire à un être intelligent, capable de raisonner et de tendre des pièges. "Quoi qu'il en soit nous avons dû nous défendre et, quand nous fûmes débarrassés des araignées au prix de blessures assez importantes, non seulement nous avions perdu toute trace mais l'état de certain de nos combattants ne nous a pas permis de continuer. Nous sommes alors rentrés au plus vite. Nous n'avions plus reçu d'autres rumeurs sur son emplacement depuis, mais nos patrouilles ouvrent l’œil. J'ai tendance à penser qu'il pourrait être retourné se terrer dans la roche, mais je n'ai aucune preuve pour appuyer cette impression." Je marquais un temps d'arrêt, pensif de nouveau. "Quoi qu'il en soit, si vous pensez repartir à sa recherche et que vous avez besoin de guide et d'aide, je serais heureux de vous offrir la mienne."



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elfe Sylvain

Thranduil
Feat : Lee Pace


Messages : 840

Date d'inscription : 31/12/2014

Elfe Sylvain
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Jeu 17 Mar - 19:30



Aragorn & Legolas




Tes traces je devine
et tes pas je rattrape





Le roi de la Forêt Noire gardait ses bras croisés devant lui, attentif au récit de son fils. Le tableau qu'il peignit de cette créature était troublant dès lors qu'il savait que Mithrandir souhaitait qu'on le retrouve au plus vite. Thranduil ignorait tout de cette bête insignifiante mais étrangement, sa place dans le grand échiquier devait être centrale. Cette ombre, aussi insaisissable souhaitait-elle être, devait pourtant être capturée. Le terme "ruse du Mordor" n'était pas à prendre à la légère et ils devaient saisir l'opportunité de s'insinuer dans les failles de son éventuel plan.

Aragorn remercia le prince pour ce compte rendu, l'air pensif. Une légère inquiétude se lisant sur son visage. Il avait peur de ne pas parvenir à remplir sa mission, peur que le rôle de cet être ne se révèle plus important et décisif que cela n'en avait l'air.

La discussion dura encore quelques instants avant que Legolas ne prenne congé, appelé par d'autres tâches. Le rôdeur resta donc seul en compagnie encore un moment et si l'objet de ses recherches fut le sujet principal, Thranduil s'enquit de l'avancée des travaux de Fornost. Bien que le peuple de Mirkwood n'ait pas contribué à la nouvelle édification de la forteresse, le roi aimait se tenir au courant de tout se qui se passait de notable en Terre du Milieu. Il savait que la reconstruction de cette bâtisse était un défi lancé à Angmar. Le maître des sombres royaumes du nord supporterait-il un tel affront ? Savoir que le spectre enragerait l'inquiétait autant que cela lui plaisait. Lorsqu'Aragorn eut fini de se restaurer, ils se quittèrent. Le rôdeur avait prévenu son hôte qu'il devait reprendre la route sans tarder car la trace de celui qu'il suivait étaient encore relativement fraîches et il ne pouvait la laisser se perdre.

Le Sinda accompagna le Dúnadan jusqu'au seuil de son antre. Sous leurs pieds, les torrents d'eau cristallines dévalaient les rochers dans une tempête d'écume mousseuse. L'air frais souleva la longue chevelure de l'Elfe qui s'était arrêté aux côtés d'Aragorn. La soleil était déjà haute dans les cieux et sa caresse automnale tombait avec douceur sur les visages des deux hommes. Legolas n'étais pas encore arrivé. Le prince Elfe accompagnerait l'héritier d'Isildur avec ses meilleurs hommes jusqu'aux frontières de leur territoire pour lui prêter main forte. Mais leurs chances étaient minces et tous deux le savaient.

Je n'apprécie guère lorsque les ténèbres se tissent de cette façon et ils s'obscurcissent de jour en jour.

Les traits froids du roi semblèrent s'adoucir un instant.

Si vous veniez à être dans le besoin, sachez que ma cité vous sera ouverte.

Recevant le salut du rôdeur, le souverain inclina à son tour la tête tandis que Legolas et ses hommes arrivaient derrière eux, prêts à partir.

Novaer Aragorn. No dirweg. Galo Isil erin râd lîn.Au revoir Aragorn. Soyez prudent. La lune puisse-t-elle briller sur votre chemin.
Ils échangèrent un dernier adieu puis le roi croisa le regard de son fils avant que le troupe ne s'éloigne, s'enfonçant dans la forêt avec prestesse. Thranduil croisa ses bras devant lui, les regardant disparaître avant de tourner les talons, s'engouffrant au cœur d'Aradhrynd, suivi par les gardes.






The last Elvenking
Truth is we had no choice. We'll try to shield those we can. No better world, let this end. Mothers cry, our boys die,
But we'll stand until the end
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: [Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]   Aujourd'hui à 5:24

Revenir en haut Aller en bas
 

[Aradhrynd] Tes traces je devine et tes pas je rattrape [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Devine d'où vient cette image?
» Devine la musique !!
» Sur les traces du passé !
» ❝ CELLE QUI DEVINE LE CREPUSCULE ❞

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Chroniques d'Arda :: La Forêt Noire-